11 « gilets jaunes » arrêtés après des dégradations de radars dans la Loire début février

Le Palais de Justice de Saint-Etienne / photo ACTIV

Souvenez nous, le 1er février dernier, quatre radars étaient brûlés dans la Loire. Quatre incendies volontaires à Cuzieux, Montrond-les-Bains, Veauche mais aussi sur la RN88 à Saint-Etienne. Le parquet a fait le point ce lundi sur cette affaire. L’enquête a conduit à l’arrestation de 11 personnes, dont trois femmes âgés de 19 à 50 ans qui n’étaient pas connus de la justice.

Des « gilets jaunes » de Méons

Il s’agit en fait de « Gilets jaunes » habitués du rond-point de Méons qui voulaient mener une action coup de poing contre l’Etat.

Le procureur de la Loire, David Charmatz, nous explique les risques encourus dans ce cas de figure

Deux des personnes interpellées dans le cadre de cette enquête sont toujours en détention provisoire en attente de leur jugement/

200.000 Euros de dégâts

Le Chef d’escadron de la gendarmerie, Thierry Cassagnes-Gourdon, revient l’intervention menée par les gendarmes cette nuit-là

Le montant des dégâts des quatre radars dépassent les 200.000 Euros

Le Palais de Justice de Saint-Etienne / photo ACTIV

Rédacteur en chef
Infos matinée