Affaire Marin : l’agresseur reste emprisonné à Roanne

EauAZA_WAAIWit7

L’agresseur de Marin ne sera pas libéré.

C’était une décision très attendue de la Cour d’appel de Lyon ce mercredi.

Le juge d’application des peines avait accepté cette demande de remise en liberté, le parquet avait alors fait appel. Une demande rejetée aujourd’hui par la Cour d’Appel. L’auteur de l’agression reste incarcéré à la prison de Roanne.

Une demande de remise en liberté qui avait provoqué la consternation chez les proches du jeune Marin.

Marin avait été agressé en novembre 2016, alors qu’il défendait un couple qui s’embrassait dans la rue à Lyon. Le groupe de jeune l’avait alors violement agressé, lui portant plusieurs coups à l’aide d’une béquille. Marin s’était alors retrouvé plongé dans le coma, victime d’un grave traumatisme crânien.

L’agresseur, mineur au moment des faits, était sous l’emprise de stupéfiant et alcoolisé. Il avait alors été condamné à 7 ans et demi de prison pour « violences avec usage ou menace d’une arme suivie de mutilation ou infirmité permanente ».

Un lourd handicap 

4 ans après les faits, le jeune Marin est lourdement handicapé. Il poursuit ses séances de rééducation au quotidien. Sa vie a à tout jamais changée.

S’il vit aujourd’hui seul dans un petit appartement, sa maman n’est pas loin : elle habite sur le même pallier, ainsi que ses deux petites sœurs.

Après le drame, la mère de Marin, Audrey Sauvajon, avait décidé de créer l’association « La tête haute, je soutiens Marin » pour prendre en charge les soins de Marin, mais aussi aider d’autres familles de patients cérébrolésés et organiser des opérations de sensibilisation auprès des jeunes en milieu scolaire.

Journaliste
Infos après-midi