ASSE 2 – 1 Troyes : La chance a tourné

Robert Béric a relancé les Verts en l''espace de sept minutes contre l'ESTAC. crédit photo : lfp.fr

Sans être une nouvelle fois flamboyants, les Verts ont remporté un match crucial dans la course à l’Europe. Un de ces matchs que l’on aurait certainement perdu en première partie de saison. Signe que la chance a définitivement tourné.

 

Entame aux abois

Pourtant bien entrés dans le match, les Verts se sont fait surprendre d’entrée. Après un frisson déclenché par une frappe du droit de Gabriel Silva, qui effleurait la lucarne troyenne (0-0, 5′), ils pliaient sur une erreur défensive de Subotic, et Nivet servait Adama Niane seul au point de penalty, qui tirait dans le but vide (0-1, 8′). Un coup de massue, qui rendait les Verts atones, plus qu’abattus. Et ce ne sont pas la frappe trop écrasée d’un N’Tep trop maladroit (25′) et de Bamba (34′) qui n’allaient inverser la tendance. Les hommes de Jean-Louis Gasset retombaient même dans leurs travers de la première partie de saison, et on semblait se diriger vers une contre-performance, qui aurait été coupable dans une 34è journée au cours de laquelle les quatre concurrents directs se rencontraient tous.

 

Coaching gagnant de Gasset

Le coach reprenait les choses en main à la mi-temps, avec les entrées conjuguées de Béric et Monnet-Paquet, à la place de Diousse et N’Tep. Et les Verts se montraient toujours aussi entreprenant, mais avec cette dose de combativité supplémentaire qui leur manquait cruellement en première mi-temps. Ils poussaient de plus en plus les Troyens à la faute et les faisaient dégoupillés, à l’image de Traoré devenue la risée de Geoffroy Guichard et de Cordoval, qui donnait un coup-franc facile à l’ASSE (68′). Un coup de pied arrêté excentré à gauche, qui permettait à Hamouma de trouver Béric dans les six mètres pour l’égalisation d’une tête rageuse (1-1, 69′). Les Verts se transcendaient alors et se portaient d’autant plus vers l’avant. Et sur une contre attaque éclaire, Cabella trouvait Hamouma dans la profondeur, qui adressait un centre à ras de terre pour Béric pour passer devant au tableau d’affichage (2-1, 75′). La fin de match se disputait alors sur un rythme moins élevé, avec des Verts qui temporisaient un maximum, et un Cabella qui se laissait aller à quelques chambrages coupables et surtout inutiles.

 

Après ces deux victoires poussives, mais diablement importantes, les Verts se mesurent à un concurrent à l’Europe la semaine prochaine, sur le terrain de Montpellier. Sûr que cette fois, il faudra être concentré dès les premières secondes pour rapporter quelque chose de positif de l’Hérault.

 

Les réactions de Béric, Mvila, Gabriel Silva et Debuchy après la victoire contre Troyes :

Robert Béric a relancé les Verts en l''espace de sept minutes contre l'ESTAC. crédit photo : lfp.fr

Journaliste