Auvergne-Rhône-Alpes : Un cold case vieux de 36 ans résolu

GENDARMERIE

Un homme de 56 ans a été interpellé et mis en examen. 

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti en Isère. Un homme de 56 ans a été mis en examen pour « enlèvement, séquestration et meurtre » et placé en détention provisoire.

Elle disparait lors d’une distribution de journaux

L’affaire remonte à mai 1986, Marie-Thérèse Bonfanti disparait alors qu’elle distribue des journaux du côté de Pontcharra près de Grenoble en Isère. La voiture de la jeune mère de famille de 25 ans est retrouvée, portières ouvertes et les clés sur le contact. Son sac à main est aussi retrouvé sur le siège passager avant. Un homme de 21 ans est entendu mais relâché faute de preuves.

L’affaire est finalement classée en 1988. Et puis en 2020, des gendarmes spécialisés dans « les cold cases » rouvrent l’enquête. De nouveaux éléments permettent d’auditionner le suspect désormais âgé de 56 ans.

Une voiture mal garée en cause ? 

En garde à vue, il reconnait les faits et affirme « avoir agi sous le coup de la colère ». Tout serait parti d’une altercation autour de la voiture de la victime qui «  gênait le passage de la sienne au retour de ses courses« , indique Boris Duffau, procureur adjoint de la République. La victime se serait alors rendu au domicile du suspect pour lui demander de s’excuser. Le suspect l’aurait alors étranglée.

Il aurait ensuite mis le corps de la victime dans le coffre de sa voiture avant d’aller l’enterrer « en pleine nature ». 

Il a été placé en détention provisoire.