Des révélations autour des droits à la retraite de Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez / Photo ACTIV RADIO
MAJ – 16h40

Des révélation plutôt embarrassantes pour Laurent Wauquiez. C’est l’hebdomadaire Lyon Capitale qui en parle. Le président d’Auvergne-Rhône-Alpes a commencé sa carrière en 2001 avec un poste de fonctionnaire au Conseil d’Etat. En 2004, après une promotion, il a été placé au bout de deux mois en détachement pour se lancer en politique et devenir député de Haute-Loire.

Placé en détachement et mis en disponibilité, cela signifie qu’il continue de cumuler des points pour la retraite grâce à son poste, qu’il peut retrouver à tout moment au Conseil d’Etat si demain la politique s’arrête pour lui. Lyon Capitale a calculé que le candidat à la présidence nationale des Républicains obtiendrait ainsi 13 ans de droits à la retraite pour seulement deux mois réellement travaillés. Et le journal lyonnais de s’interroger sur la légalité d’un tel système.

Légal ou pas ?

En 2014, souligne l’hebdomadaire, « la loi Cahuzac de moralisation de la vie politique oblige les parlementaires et les ministres à se mettre en disponibilité, et non plus en détachement, de leurs postes de fonctionnaires ». De facto, Laurent Wauquiez n’est pas concerné par cette règle qui s’applique depuis les dernières élections législatives. Aujourd’hui, Laurent Wauquiez n’est plus député. Et les présidents de région ne sont pas touchés par cette loi.

Polémique à laquelle le président de région répond via un communiqué : « Je ne suis pas dupe du calendrier de ce genre d’attaques en pleine période de reconstruction de l’opposition. Mais je n’ai aucun problème à faire la totale transparence sur ma situation. » Fin de citation.

 

Laurent Wauquiez / Photo ACTIV RADIO