« Elle m’énerve, je vais la tuer » la phrase prononcée par Cédric Jubillar quelques semaines avant la disparition de sa compagne

Capture d'écran de l'appel à témoins diffusé par la gendarmerie du Tarn

Son placement en détention provisoire doit être examiné demain par la Cour d’Appel de Toulouse. 

« Elle m’énerve, je vais la tuer » la phrase aurait été prononcée par Cédric Jubillar quelques semaines avant la disparition de sa compagne. On le rappelle Delphine Jubillar n’a plus donné de nouvelles depuis le 15 décembre dernier dans le Tarn.

La phrase aurait été prononcée devant la mère de Cédric Jubillar. L’avocat de la Défense affirme qu’elle a été prononcée sous le coup de la colère.

Dans cette affaire, Cédric Jubillar a été mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint ». Il a été placé en détention provisoire. Son avocat a fait appel de cette décision. L’appel doit être examiné ce mardi par la Cour d’Appel de Toulouse.

Capture d'écran de l'appel à témoins diffusé par la gendarmerie du Tarn