Emprunts toxiques de la ville de Saint-Etienne : « La situation est totalement assainie », assure Gaël Perdriau

Crédit Photo : Activ Radio

C’est un accord qui marque la fin d’un feuilleton entre la ville de Saint-Etienne et la banque DEPFA à propos des emprunts toxiques réalisés en 2007. Après plusieurs années de bataille judiciaire et de négociations, les deux parties sont parvenues à un accord sur un taux fixe de 4,70% jusqu’en 2042.

En 2007, la ville de Saint-Etienne emprunte 22 millions d’euros sur une durée de 35 ans auprès de la banque DEPFA. Une dizaine d’années plus tard, cet emprunt continue de plomber les finances de la ville. Cet épisode est désormais derrière la municipalité stéphanoise puisqu’un accord a été trouvé entre les deux parties pour lui permettre d’accéder à un taux fixe.

L’objectif est de débarrasser la ville de ces emprunts toxiques. Désormais, il reste 8 millions à rembourser en plus des 13 déjà réunis depuis 2008. Suite à cet accord, un taux fixe a été mis en place par la banque DEPFA à hauteur de 4,70% jusqu’en 2042. « Les emprunts toxiques sont derrière la ville de Saint-Etienne« , des mots de soulagement de la part du maire Gaël Perdriau après l’annonce de l’accord trouvé.

Des intérêts qui auraient pu atteindre 120 millions d’euros

 

La ville de Saint-Etienne s’est donc débarrassé de son dernier emprunt toxique avec cet accord. Depuis l’année dernière, le taux d’intérêt était soumis aux fluctuations de monnaies (Euro, Dollar, Franc Suisse). Dans le pire des scénarios, il aurait pu atteindre 58%, soit 120 millions d’euros d’intérêts pour seulement 22 millions d’empruntés.

« Désormais on parlera de cet emprunt dans les livres d’histoire, mais plus jamais lors du conseil municipal. C’est une épée de Damoclès qui pesait depuis longtemps sur la ville de Saint-Etienne« , a déclaré Gaël Perdriau. Le maire de Saint-Etienne n’a pas caché son soulagement concernant cet accord.

 

Sujet signé Romain Bruyas.

Crédit Photo : Activ Radio

Journaliste
Infos après-midi