FK Qabala – ASSE : De Bakou à Bakou !

image1

Il y a deux ans, les Verts découvraient la phase de groupes de l’Europa League à Bakou. Un dépucelage qui s’était avéré douloureux. Prostrée par l’ambiance, crispée par l’enjeu l’ASSE avait fourni dans le bouillant stade Tofiq Bakhramov un non-match. Depuis, les Verts ont pris de la bouteille et de l’assurance. Ce retour sur les terres azéries est l’occasion de dresser un bilan à échelle européenne.

Les Verts de 2014 n’avaient pas géré la pression

Le jeudi 18 septembre 2014, Saint-Etienne s’était présenté pour la première fois de l’ère Galtier en phase de groupes de l’Europa League. Les Verts sortaient d’une saison où l’Europe s’était arrêtée à Esbjerg au mois d’aout 2013 et d’une qualification aoutienne dans la douleur contre Karabükspor. Ce mini-championnat à l’échelon européen devait marquer la progression du club passant des joutes nationales à celles continentales. Et le retour des Verts à l’échelle internationale s’accompagnait de grandes phrases sur l’ADN stéphanois imprégné d’Europe et autres poncif sur « la vraie place de l’ASSE ». La pression était grande et le groupe trop petit. Manifestement écrasés par la peur de mal faire ou de décevoir, les Verts avaient oublié de jouer face à une équipe de Karabagh pourtant à leur portée. Ces dispositions les avaient d’ailleurs accompagné pendant les six matchs de poules les menant à l’élimination.

Les Verts ont-ils grandi ?

L’an dernier, l’ASSE a passé un cap, peut-être pas en terme de niveau intrinsèque, mais Galtier et les siens ont compris qu’en Europa League, il fallait jouer. Mettre de l’engagement, marquer et ne pas se contenter d’attendre l’adversaire comme notre bonne vieille Ligue 1 l’autorise parfois.

Les Verts ont été plus flamboyants, plus offensifs et se sont qualifiés pour les 8ème de finale (défaite contre Bâle 0-0, 1-2) .

Cette saison, les foréziens ont, semble-t-il, plus de potentiel technique sur le terrain qu’ils n’en ont eu les deux dernières saisons (sans pour autant proposer davantage de jeu qualitativement sur les trois premiers matchs). A l’heure de revenir à Bakou, contre Qabala cette fois, les Verts vont devoir assumer leur statut de favoris, prouver qu’ils ont grandi. Le cas échéant, une victoire les mettrait sur la voie royale d’une qualification.

La conférence de presse d’avant-match

Journaliste
Commentateur sportif