Haute-Loire : un jeu d’airsoft à l’origine de la mort de trois ados ?

Un pompier / illustration / photo DR

Trois adolescents décédés et un quatrième toujours dans un état critique à l’hôpital de Saint-Etienne : c’est le bilan tragique d’une explosion survenue samedi après-midi à Bas-en-Basset en Haute-Loire, à une quarantaine de kilomètres de la capitale ligérienne.

La déflagration s’est produite dans un cabanon abandonné, où des traces « importantes d’acétone et d’acide chlorhydrique » ont été retrouvées. Selon le vice-procureur de la République du Puy-en-Velay, Yves Dubuy, les deux composants chimiques servent notamment à fabriquer des fumigènes dans le cadre d’un jeu d’armes en plein air appelé « l’Airsoft ». Ce jeu est très proche du Paintball et se pratique avec des répliques d’armes tirant des billes. Une réplique d’arme a justement été trouvée à proximité du lieu de l’explosion. Yves Dubuy, vice-procureur de la République du Puy-en-Velay

Vive émotion à Bas-en-Basset

Au lendemain de ce tragique fait-divers qui a donc coûté la vie à trois adolescents âgés de 14 à 16 ans, l’émotion est vive dans cette petite commune altiligérienne d’envion 4.300 habitants. Une marche blanche à la mémoire des victimes était organisée ce dimanche après-midi. Ce sont les jeunes de Bas-en-Basset qui sont à l’origine de cette initiative. La rédaction d’ ACTIV a pu joindre le maire de la commune, Gilles David, à l’issue du rassemblement. L’élu est encore sous le choc

Quant au quatrième adolescent transporté à l’hôpital Nord à Saint-Etienne, il a été opéré mais ce dimanche soir, son pronostic vital reste engagé. Le Parquet du Puy-en-Velay va ouvrir une information judiciaire.

photo DR

 

Un pompier / illustration / photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée