La Région lance une série de mesures contre la désertification médicale

Photo illustration

Le conseil régional d’Auvergne Rhône-Alpes fait de l’accès aux soins l’une de ses priorités. Comment ? En favorisant l’implantation de maisons de santé dans les territoires en pénurie et en proposant des bourses aux futurs généralistes. Le point sur ce nouveau dispositif.

200.000 Euros pour une maison de santé

L’investissement de la Région pour un projet local passe de 100 000 (sous l’ancienne mandature) à 200 000 euros aujourd’hui. Par exemple dans la Loire, les futurs établissements de santé de Panissières et Saint-Germain-Lespinasse ont ou vont en bénéficier en 2016. Le centre de santé du Chambon-Feugerolles a, lui, bénéficié d’une enveloppe de 40 000 euros. Le but de l’action : augmenter l’offre médicale et répondre aux besoins des habitants.

Autre levier : l’augmentation des bourses destinées aux stagiaires de médecine générale pour les attirer en zone rurale. Elle passe de 400 à 600 euros soit une augmentation de 50%.

« L’hyper-administration rebute les jeunes médecins »

Aujourd’hui, la problématique de la désertification médicale va de paire avec la disparition des commerces de proximité. Pour le Dr Bruno Pagès, à l’initiative du printemps Roannais en 2015, construire et investir n’est pas suffisant. Encore faut-il trouver les praticiens qui veuillent bien venir exercer… Les conditions de travail proposées aux jeunes médecins ne sont pas attrayantes. En cause : l’hyper-administration et le manque de temps purement médical.

Par ailleurs, dans la Région, 1 médecin sur 5 a plus de 60 ans. Dans le Roannais par exemple, 5 vont cesser leur activité dans les 6 prochains mois. Aucune nouvelle installation n’est envisagée.

 

 

Photo illustration