L’air de nos maisons parfois plus pollué qu’à l’extérieur

© www.prevention-sante.com

On parle beaucoup des effets néfastes de la pollution extérieure sur notre santé mais l’air que nous respirons chez nous est aussi pollué, parfois plus que sur la voie publique.

Nous passons pourtant la majeure partie de notre temps à l’intérieur de notre habitation. On le sait, le chauffage, les chaudières ou encore la cuisson des aliments sont sources de pollution mais il en existe d’autres auxquelles on ne pense pas forcément comme les meubles, la peinture, le mobilier, vernis, la moquette et les produits d’entretiens type aérosols qui détériorent la qualité de l’air de nos maisons. Des polluants présents en quantité conséquentes et auxquels nous sommes exposés sur de très longues durées. L’Anrès, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, a récemment évalué à 19 milliards d’euros les coûts engendrés par la pollution de l’air intérieur (frais de santé, décès, etc.).

L’aération du logement est donc primordiale pour disperser ces particules mais aussi l’humidité. Cela passe par un bon système de ventilation automatique et une aération naturelle d’au moins 20 minutes par jour, même en hiver.

Le reportage de Timothée Maymon :

Pour plus d’infos sur la pollution de l’air de votre habitation et sur les bons gestes à adopter, rendez-vous sur le site internet de l’association Héliose42. Par ailleurs, notez qu’une conférence animée par Suzanne Déoux, auteure reconnue d’ouvrages sur le sujet, a lieu ce mardi à 20h à la maison de l’emploi de Saint-Étienne.