Laurent Wauquiez lance sa bataille contre le travail détaché à Saint-Chamond

WAUQUIEZ ST CHAM

« Ca ne peut plus durer et on ne lâchera pas » a martelé Laurent Wauquiez ce lundi en visite sur le chantier du lycée hôtelier de Saint-Chamond pour le lancement de la clause Molière. Critiqué sur cette mesure qui interdit la présence d’ouvriers ne maîtrisant pas le français sur les chantiers publics, le président d’Auvergne Rhône-Alpes en appelle désormais au premier ministre, Bernard Cazeneuve. « Arrêtons ce jeu de massacre des travailleurs détachés ». 

Un bras de fer avec le gouvernement

Malgré le recours déposé par l’ancien préfet de Région Michel Delpuech, Laurent Wauquiez a donc inauguré le dispositif voté début février au Conseil Régional après la Normandie et les Hauts-de-France. Il reproche à l’Etat, réclamant des avancées sur ce sujet, de mettre des bâtons dans les roues aux élus locaux qui tentent de favoriser les entreprises locales. « Sortons de cette hypocrisie ». Concrètement, la Région demandent aux sociétés du BTP de ne pas engager de travailleurs détachés sur les chantiers financés par la Région (lycées, universités, TER…) En contrepartie, la collectivité promet de ne pas tirer les prix vers le bas : « je préfère payer 5% plus cher pour 100% de local ».

Une brigade de contrôle

Comment vérifier ? Grâce à la mise en place d’une brigade composée de cinq agents à temps plein. Elle s’appuie également sur une cinquantaine d’autres agents chargés du suivie des opérations de construction. La Région verbalisera les entreprises d’une pénalité de 10 000 euros en cas de non-respect. Laurent Wauquiez a par ailleurs confié se battre avec RFF – SNCF Réseau qui travaille en ce moment dans le secteur de Firminy pour éviter la présence de travailleurs polonais « comme il y a 2 ans ».

 

WAUQUIEZ 2