Le camp de Roms de Saint-Etienne évacué.

Roms-new.jpg

« Trois cents camps illégaux de Roms seront évacués dans les trois mois », ces mots ont été prononcés par le président de la république Nicolas Sarkozy le 28 juillet. Et ce matin le premier de ces trois cents camps a été évacué, à Saint-Etienne. Depuis plus de trois mois,135 Roms avaient trouvé refuge dans le quartier de Montmartre à Saint-Etienne sur un terrain municipal devenu un véritable petit bidonville, fait de tentes et de cabanons de fortune. Si l’affaire fait grand bruit et est relayée dans nombre de médias nationaux, c’est bel et bien car il s’agit de la première évacuation « post déclaration présidentielle ». Pour autant, le brouhaha qui entoure cette expulsion en règle ne dissimule pas la détresse de ces Roms à la culture nomade qui peinent sur le sol français à s’adapter à une forme de sédentarité. Le problème des zones d’accueil reviendra sur le devant de la scène dans les semaines à venir, mais à l’heure de l’urgence, la situation de ces familles est préoccupante. Les associations de défense des Roms ,telles que Solidarité Sans Frontière, réclament des solutions d’hébergement décentes pour les familles expulsées ce matin. L’an dernier, symboliquement, les Roms s’étaient installés durant le mois d’août en plein cœur de Saint-Etienne place Jean Jaurès (voir photo), une situation que la mairie souhaiterait éviter. A suivre.

T.M