Le gouvernement dévoile de nouvelles mesures de lutte contre les féminicides

Photo instagram Collage Féministes Saint Etienne

Des mesures suite aux conclusions de la mission d’inspection diligentée après le féminicide à Mérignac en Gironde. 

Le gouvernement a dévoilé six mesures dans la lutte contre les féminicides. Mesures qui font suite à la mission d’inspection diligentée après le féminicide en Gironde (Mérignac) début mai, pointant une série de défaillances dans le suivi du conjoint violent multirécidiviste et la protection de la victime

Les conclusions préconisent tout d’abord « d’examiner la dangerosité » de l’auteur des violences « avant tout aménagement de peine ». Pour cela, ils proposent de « modifier la loi afin que tout aménagement de peine soit précédée d’une expertise ».

Le rapport recommande également « d’améliorer la protection de la victime préalablement à la libération » du conjoint violent, « de renforcer et sécuriser la communication entre les services compétents » afin qu’ils puissent prendre des « décisions rapides », et enfin « de mieux piloter localement la protection des victimes ».

3 000 téléphones grands danger d’ici 2022

Parmi les autres mesures, la mise en place de 3 000 téléphones « grand danger » d’ici le début de l’année prochaine. Ca représente une hausse de 65% par rapport à ce qui est déjà en place.  Ce téléphone est équipé d’une touche qui permet d’alerter directement un service d’assistance en cas de problème.

Un fichier des auteurs de violences conjugales 

Le rapport évoque également la création d’un fichier des auteurs de violences conjugales mais également son partage entre les services (police et justice).

Des mesures, alors que s’ouvre ce jeudi, aux assises en Corse, le procès du compagnon de Julie Douib, tuée en 2019 à Bastia. Le principal suspect a reconnu lui avoir tiré dessus. Ce féminicide avait entraîné une forte mobilisation et la mise en place d’un Grenelle sur les violences faites aux femmes.

Photo instagram Collage Féministes Saint Etienne