Le groupe ligérien Casino pointé du doigt par des associations

casino photo

Un collectif regroupant plusieurs associations pointe du doigt le groupe Casino pour un manquement à son devoir de vigilance dans ses magasins en Amérique du Sud. En cause : ses filières d’approvisionnement en bœuf qui auraient un impact sur la déforestation en Amazonie. 

Les filières d’approvisionnement en bœuf du groupe Casino épinglées par plusieurs associations notamment Notre Affaire à tous, Sherpa, Mighty Earth et Envol Vert. En cause : un manquement à son devoir de vigilance sur ses filières d’approvisionnement en Amérique du Sud.

Des filières qui auraient un impact sur la déforestation en Amazonie. Quatre fermes sont particulièrement pointées du doigt, à elles seules, elles représentent en effet 4 500 hectares de forêts coupées pour laisser place à des pâturages de bovins.

Trois mois pour se remettre en conformité

Les ONG ont annoncé laisser un délais de trois mois au groupe ligérien pour se remettre en conformité, dans le cas contraire, elles pourraient attaquer le groupe en justice.

On le rappelle le devoir de vigilance oblige les sociétés de plus de 5 000 salariés en France, ou plus de 10 000 dans le monde à publier un plan de vigilance pour prévenir les risques en matière d’environnement, de droits humains et de corruption qui pourraient résulter de leurs activités et de celles de leurs filiales, fournisseurs et sous-traitants.