Loi Travail : le recours au 49.3 passe mal dans la Loire

Valls

La Loi Travail sera adoptée mais sans le vote des parlementaires… Manuel Valls a confirmé et justifié hier soir sur TF1 l’utilisation du 49.3 pour faire passer ce texte qu’il juge « utile ». « Ça me fait mal au cœur », a-t-il dit, mais il a fait comprendre qu’il n’y avait pas d’autres choix face à un « problème de majorité ».

Le député socialiste de Saint-Etienne Régis Juanico – proche de Benoit Hamon – parle d’un « aveu de faiblesse », estimant que « la Vème République concentre tous les pouvoirs aux mains de l’exécutif ». Régis Juanico s’interroge finalement sur la complexité de ce texte de loi. Il s’est exprimé sur le sujet dans l’hémicyle juste avant la confirmation de l’utilisation du 49.3

Nicolin réclame la dissolution de l’assemblée

De son côté, le député-maire Les Républicains de Roanne Yves Nicolin estime que le « cynisme » est « la marque de fabrique » de ce gouvernement. Il dénonce ce passage en force et estime que « la dissolution de l’Assemblée nationale s’impose plus que jamais. »

Les Jeunes Socialistes de la Loire ne sont pas tendres, non plus, avec le gouvernement. Sur Twitter, ils ont repris une déclaration de François Hollande sur le 49.3 datant de 2006. A l’époque, il parlait d’un « déni de démocratie ».

Des manifestations contre le 49.3

Après l’annonce du recours au 49.3 on a vu plusieurs milliers de personnes descendre dans les rues hier soir en France à l’appel du mouvement Nuit Debout.  A Paris, Nantes, Toulouse ou Lyon. A Saint-Etienne, 300 personnes environ ont défilé entre la Préfecture et la Bourse du Travail en fin de journée. Deux autres manifestations sont annoncées demain à Roanne et à Saint-Etienne.