Loire : partir l’esprit serein avec l’opération tranquillité vacances de la police et la gendarmerie

Un policier de dos (illustration) /DR

Une baisse du nombre de cambriolages est constatée dans la Loire depuis le début de la pandémie. Malgré ce fait, avec le retour de l’été, les vacanciers ne sont pas sereins à l’idée de laisser leur habitation sans surveillance. Depuis plusieurs années, les policiers et gendarmes de la Loire proposent de passer régulièrement surveiller les maisons pendant l’absence des propriétaires. Il s’agit de l’opération tranquillité vacances.  Les explications avec Daniel Giraud, Major de police réserviste à Saint-Etienne :

« Les gens s’inscrivent au commissariat de police de leur résidence ou la gendarmerie. (…) Il y a un petit document à remplir avec les coordonnées (…). Dans ce cadre, donc une fois qu’on a ça nous, on a une liste et on passe au domicile de ces personnes pour surveiller si tout est parfait. (…) On passe au moins 2 fois par semaines. »

Des lieux cibles

Certains lieux de résidence sont plus sujets aux cambriolages que d’autres. Il existe des méthodes de dissuasion pour les propriétaires comme le souligne Daniel Giraud :

« Souvent les lotissements tranquilles, les appartements. (…) C’est surtout les maisons principales, des fois il y a des quartiers privilégiés où il y a des maisons un peu plus cossues que les autres évidemment. Après il y a les alarmes, (…) surtout les voisins c’est important. »

Des réflexes à adopter

Si vous êtes témoin d’un cambriolage, de bons réflexes sont à adopter. Daniel Giraud revient sur ce point. Ecoutez :

« Surtout prendre le plus de renseignements possibles, surtout ne surtout pas intervenir (…) et bien évidemment faire le 17, prévenir. »

A noter que l’opération tranquillité vacances s’effectue aussi tout le reste de l’année quelque soit la période de congés. Pour rappel, il suffit de remplir un formulaire à remettre auprès des polices et gendarmeries. Il est même désormais possible de télécharger en amont le document sur le site internet du service public, à voir ici.

Sujet signé Angélique Pereyron

Un policier de dos (illustration) /DR

Journaliste
Infos après-midi