Manque d’effectifs : rassemblement au CHU de Saint-Etienne jeudi

Photo ACTIV RADIO / Le CHU de Saint-Etienne

Un rassemblement se prépare au CHU de Saint-Etienne. Il aura lieu ce jeudi, à l’appel de la CGT et Force Ouvrière. Le rendez-vous est donné à 13h au Pavillon 1 – 3 Bellevue. Un appel à la grève a aussi été lancé.

Manque de moyens humains 

Les syndicats dénoncent le manque de moyens humains sur le service de l’UTDT, spécialisé dans l’accompagnement et les traitements des dépendances et de la toxicomanie.

Les employés sont contraints de travailler à flux tendu, les équipes sont épuisées soulignent les syndicats. Les salariés rencontrent des difficultés « pour avoir accès à des formations spécifiques, des difficultés lors d’absentéisme (arrêt maladie / accident de travail), pour poser des congés ». 

Les syndicats poursuivent : « Malgré toutes ces difficultés cette équipe est restée mobilisée et n’a de cesse de se réinventer afin de mener à bien ses missions de prévention, d’accompagnement et de soin. Pourtant, aujourd’hui, avec l’exclusion des personnels du complément de traitement indiciaire la coupe est pleine ».

« L’équipe est à bout » 

Face à ce manque criant de moyens humains décrit par les syndicats dans un communiqué, « l’équipe est à bout ». Dernier exemple en relaté : le service a du continuer à fonctionner pendant 2 semaines durant avec la moitié de son effectif.

Ils pointent également du doigt l’injustice au sein des différents services d’un même hôpital : « Le 12 novembre dernier, 60 délégués, accompagnés par des groupes de collègues, ont rendu compte de la forte détermination qu’expriment les centaines de rassemblements, manifestations, débrayages ces dernières semaines qui ont mobilisé des milliers d’agents partout en France pour refuser la discrimination que le ministre de la santé impose par son décret du 19 septembre, excluant de l’augmentation de 183 €, des dizaines de milliers de collègues de la FPH exerçant dans le secteur médico social ».

« Cela mène à des situations insensées, où, au sein d’un établissement, l’ensemble des agents vont bénéficier d’une «revalorisation salariale », à l’exception de certains services, alors même qu’ils appartiennent à la même entité administrative. Rien ne justifie cette discrimination entre les différents types d’établissements, quand tous restent mobilisés au plus fort de la crise sanitaire ».

Les syndicats mobilisés interpellent le gouvernement : « Nous voulons 183€ pour toute la FPH, changez votre décret du 19 septembre. Les collègues du privé doivent aussi y avoir droit ». 

Une pétition sera également distribuée lors de ce rassemblement, ce jeudi.

Photo ACTIV RADIO / Le CHU de Saint-Etienne

Journaliste
Infos après-midi