[Publi-rédactionnel] A Sury-le-Comtal, le lycée Saint-André forme au métier d’assistant vétérinaire à partir du Bac

assistant-veterinaire

Un job mêlant tâches administratives et soin des animaux accessible avec un niveau d’études Bac : c’est la promesse de la formation assistant vétérinaire dispensée au lycée agricole privée Saint-André à Sury-le-Comtal. Explications.

Le 2 novembre prochain, une nouvelle promotion se lancera dans la formation assistant vétérinaire au lycée agricole privé Saint-André à Sury-le-Comtal. Depuis 2016, cette formation continue d’une durée d’un an est dispensée par l’établissement adhérent au réseau du Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP). Un cursus de 1126 heures composé notamment de 570 en présentiel au lycée Saint-André et de 12 semaines de stages en cabinets et cliniques vétérinaires (trois stages d’un mois dans trois structures différentes). Une année dense donc, car le rôle d’assistant vétérinaire demande à la fois des compétences administratives et une culture zootechnique pour pouvoir seconder efficacement le praticien.

Gestion courante et missions en salle d’opération

«Notre formation assistant vétérinaire permet d’obtenir les aptitudes demandées par la profession» confirme Marilyne Salanon qui encadre la promotion au lycée agricole Saint-André. «Il manque de personnes formées pour épauler les vétérinaires, les cursus classiques qui mènent au secrétariat n’incluent pas d’enseignement spécifique aux problématiques médicales de soins aux animaux.» Si l’administratif représente l’essentiel du métier avec la gestion de l’agenda, du courrier, de la comptabilité et des stocks notamment, une partie non négligeable de la journée d’une assistante vétérinaire se déroule en salle d’opération. «Elle va l’aider sur la manipulation des animaux lors des examens ou encore la désinfection du matériel.»

Pas question de soumettre les apprenants au programme des sept années de formation des vétérinaires ; l’enseignement théorique porte sur la nutrition animale en élevage, les pathologies des animaux de compagnie ou encore les techniques d’aide aux soins et aux interventions chirurgicales en soutien du praticien. «Dans la relation client, une assistante vétérinaire doit être capable d’identifier la problématique exposée par le propriétaire d’un animal pour poser le bon diagnostic, déterminer le niveau d’urgence et l’orienter ou non vers un rendez-vous. Elle doit aussi pouvoir assurer une mission de conseil dans l’achat de produits et d’accessoires animaliers distribués dans le cabinet.»

lycee-agricole-saint-andre

Bac pro et Bac technologique bienvenus

La formation assistant vétérinaire est accessible avec un Bac. Les candidats doivent être âgés de 18 ans ou plus et avoir déjà réalisé un stage de 15 jours en clinique ou cabinet vétérinaire. Leur profil est très divers : « Ce sont rarement des bacheliers fraichement diplômés dans notre établissement », explique Marilyne Salanon. «La formation est plus spécifiquement ouverte aux titulaires d’un Bac professionnel (Gestion-administration, Technicien conseil vente en animalerie, Conduite et gestion de l’exploitation agricole ou de l’entreprise hippique) ou d’un Bac en Sciences et technologies (ST2S, STAV). Nous avons majoritairement des jeunes femmes qui ont été mal orientées, mais aussi des trentenaires voir des quadragénaires en reconversion, notamment des aides soignantes. Le point commun à toutes ces typologies de personnes, c’est le souhait de travailler au contact des animaux.»

Avec un coût de 5300€, la formation assistant vétérinaire représente un investissement. Le lycée agricole privé Saint-André annonce un taux de placement de 70% dans les six mois qui suivent la délivrance de l’attestation de fin de formation, délivrée à l’issue d’un contrôle continu de l’acquisition des compétences. «La Mission locale pour les jeunes de moins de 26 ans et Pôle Emploi peuvent prendre en charge le financement.» D’après l’Onisep, le métier d’assistant vétérinaire permet de bénéficier d’un salaire brut mensuel de 1500 à 1600€ en début de carrière.

Journaliste
Commentateur des matchs de la Chorale de Roanne