Saint-Etienne : le fabricant d’armes Verney-Carron placé en procédure de sauvegarde

Image : Verney-Carron Collection side-by-side

L’entreprise stéphanoise Verney-Carron est placée en procédure de sauvegarde ce mercredi.

Exportations impactées par l’épidémie

Une procédure ouverte par le Tribunal de commerce de Saint-Etienne, sur la demande de ses dirigeants.

Elle peut durer jusqu’à dix-huit mois, et « permet aux sociétés qui ne sont pas en état de cessation des paiements de réaménager leur endettement sur une période maximum de 10 ans. La procédure suspend dans l’attente de l’adoption d’un plan de sauvegarde, le paiement des dettes antérieures à l’ouverture de la procédure. Pour les besoins de l’élaboration de son plan, l’entreprise est placée par le Tribunal sous la surveillance d’un administrateur judiciaire »  souligne l’entreprise.

Le fabriquant d’armes qui emploie 77 personnes a vu ses exportations fortement impactées par l’épidémie.

Aucune restructuration sociale envisagée 

Malgré les mesures d’accompagnement mises en place par l’État et le soutien des partenaires bancaires qui ont permis de traverser les périodes difficiles depuis mars 2020, l’entreprise fait face à des difficultés. « Les mesures prises ont généré un accroissement de l’endettement qui aujourd’hui freine l’entreprise dans sa capacité de rebond. La direction a recherché les meilleures solutions possibles pour adapter la structure de son endettement ». 

L’entreprise souligne que ses exportations ont été fortement touchées par l’annulation de l’ensemble des salons internationaux, ainsi que par les difficultés de déplacements en avion et les nombreux confinements décrétés dans les pays où sont localisés ses clients.

Ses ventes liées à l’exportation sont ainsi passées de 5 millions d’euros environ à un peu moins de 1 million d’euros en 2020. Les exportations sont reparties à la hausse en 2021 et devraient atteindre environ 2 millions d’ euros.

« Le marché de la chasse a également particulièrement souffert en France depuis mars 2020 en raison des périodes de fermetures des commerces non essentiels impactant les armuriers et vendeurs d’ articles de chasse« . 

Dès ce mercredi, « une première période d’activité de 6 mois a été autorisée, que l’entreprise va mettre à profit pour présenter son plan de redressement avec l’assistance de l’administrateur judiciaire désigné Maitre Eric ETIENNE MARTIN ». 

L’entreprise stéphanoise souligne n’envisager « aucune restructuration sociale ». 

Image : Verney-Carron Collection side-by-side

Journaliste
Infos après-midi