Sanofi jugé responsable d’un manque de vigilance dans le scandale de la Dépakine

Justice Image Illustration

Entre 2 000 et 4 000 enfants présenteraient des malformations. 

Le groupe pharmaceutique Sanofi jugé responsable d’un manque de vigilance et d’information sur les risques liées a la prise de la Dépakine pour les femmes enceintes. Décision prise par le tribunal judiciaire de Paris ce mercredi. Une action avait été lancée par une association de victimes de la Dépakine.

Ce médicament, prescrit comme traitement anti-épileptique, est soupçonné d’avoir provoqué des malformations de 2 150 à 4 100 enfants et de troubles neurodéveloppementaux chez 16 600 à 30 400 enfants alors que leur mère avait pris le traitement lorsqu’elle était enceinte. Estimation dressée par l’Assurance maladie et de l’Agence du médicament (ANSM).

Justice Image Illustration