Un plan d’urgence pour relancer le bâtiment en Rhône-Alpes

batiment

« Quand le bâtiment va, tout va », a-t-on coutume de dire… Et depuis plusieurs mois maintenant, force est de constater que le secteur est en crise. Voilà pourquoi la Fédération Française du Bâtiment Région Rhône-Alpes, demande la mise en place d’un plan d’urgence.

« Il y a urgence », c’est le message que fait passer le Ligérien Jacques Blanchet, Président de la Fédération Française du Bâtiment en Rhône-Alpes. Une réunion de crise, en présence des sept Présidents des Fédérations Départementales dont Thierry Vidonne, pour la Loire, se tient se lundi à Villeurbanne. Initialement, la rencontre devait avoir lieu à la Préfecture de Région mais Jean-François Carenco a été convoqué à la dernière minute à Paris. Face à une conjoncture qui ne cesse de se dégrader et un niveau d’activité en dégringolade, la situation des entreprises du bâtiment en Rhône-Alpes est préoccupante. Selon Jacques Blanchet, le constat est sans appel.

A la fin du mois de juillet en Rhône-Alpes, un peu plus de 33.000 logements étaient mis en chantier dans la région bien loin des 51.000 logements d’il y a trois ans. Loin aussi de la moyenne régionale qui était de 42.600 logements par an depuis 1975. La Loire est le département le plus touché avec une baisse de 30% des mises en chantier. Pire encore, depuis cet été, près d’une vingtaine d’entreprises du secteur de la construction ont déposé le bilan dans le département. Inquiétant, c’est ce que nous dit Jacques Blanchet.

Dans la Loire, le bâtiment emploie quelque 18.000 personnes. Ce plan d’urgence, auquel devraient s’associer les services de l’Etat, le Conseil Régional, les collectivités locales et le Comité des Banques, comprend 17 mesures. Un plan destiné à soutenir un outil de production en phase de décrochage. Mais cela sera-t-il suffisant ? Réponse de Jacques Blanchet.

Crédit photo : DR

Rédacteur en chef
Infos matinée