Une simulation d’attentat à l’Université de Saint-Etienne

Photo ACTIV RADIO

Il y avait de l’agitation mercredi soir sur le campus Tréfilerie à Saint-Etienne. Un exercice anti-terroriste était organisé par les services de l’Etat.

Le scénario ? Quatre hommes cagoulés, porteurs d’armes automatiques, ont fait irruption hier soir dans un amphi. Coups de feu, prise d’otage d’étudiants. Tout y était. Bilan fictif. Deux assaillants tués, deux autres neutralisés.

300 personnes mobilisées

Parmi les quelques 300 personnes mobilisées, figuraient environ 80 jeunes de l’Université Jean-Monnet, policiers, gendarmes, et une cinquantaine de pompiers de la Loire, qui disposent d’une vingtaine de gilets pare-balles et de casques lourds depuis l’Euro-2016. Le Parquet de Saint-Etienne a également suivi les opérations. Ecoutez le vice-procureur, Marco Scuccimara

L’exercice a mobilisé les militaires de l’opération Sentinelle et le Raid (le Raid appellé, par ailleurs, pour une vraie intervention à Givors, ndlr)

L’Université, une cible potentielle, d’où l’intérêt de se préparer au cas où, comme l’explique le Préfet de la Loire, Evence Richard

Pour l’Université Jean-Monnet, c’était une première. Sa présidente, Michèle Cottier, souligne qu’il n’a pas été difficile de convaincre les étudiants pour participer à cet exercice

Photo ACTIV RADIO

Rédacteur en chef
Infos matinée