20% des femmes victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement ou d’agression sexiste au travail

harcelement

Un séminaire d’information et d’échange sur les violences sexistes et sexuelles au travail était organisé ce mardi à Saint-Etienne, en présences d’associations locales, mais aussi de juristes ou d’avocats. Comment prévenir et agir dans la Loire ? Que dit la loi sur le sujet ? Des personnes compétentes sont présentes pour les victimes et c’est important de le dire.

5% des viols ont lieu au travail

Textos, rapprochements physiques, invitations non déguisées et même insultes : les agissements prennent différentes formes au travail. Selon un sondage national du Défenseur des Droits, 20% des femmes en ont été victimes au moins une fois dans leur vie. Mais 30% d’entre elles ont gardé le silence. D’où l’importance de communiquer. Odile Proust du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIFF) :

« Des victimes parfois en état de choc »

La loi met aussi l’accent sur les répercussions graves sur la santé : épuisement, perte de confiance en soi, dépression… A partir de quand le harcèlement est avéré ? Quand la femme se sent prise au piège, et que la relation d’emprise est avérée selon Mathilde Montabonnel, psychologue du travail :

 

Les lieux d’écoute dans la Loire sont les associations, qui habituellement, reçoivent les femmes : CIDFF 04 77 01 33 55, SOS Violences Conjugales 04 77 258 910, ASAS AMAVIE 04 27 40 27 17. Pensez aussi aux syndicats, à l’inspection du travail auxquels les victimes ne pensent pas toujours.

Journaliste
Chroniqueuse