Avant Nîmes-ASSE (Coupe de la Ligue) : comme un air de revanche

Slide_Nimes

Les Verts se déplacent à Nîmes pour la deuxième fois en cinq petits jours. Cette fois, en 16è de finale de la Coupe de la Ligue. Et après le 1-1 de vendredi dernier en championnat, le visage de l’équipe devrait radicalement changer. De quoi laisser place à quelques revanchards…

Ne pas faire l’impasse

Les Verts auront un visage très remanié. Cinq forfaits ont officiellement été annoncés hier : Gabriel Silva est en réathlétisation, Robert Béric a été victime d’une entorse de la cheville, mais surtout Mathieu Debuchy, Loïc Perrin et Wahbi Khazri sont laissés au repos. Romain Hamouma est de retour après 3 semaines d’absence. On devrait donc voir les jeunes et des joueurs rvanchards, avec les présences dans le groupe de Pierre-Yves Polomat, William Saliba, Mickaël Panos, Mahdi Camara, Bilal Benkhedim et Maktar Gueye. Mais pas question de galvauder la compétition selon le coach, Jean-Louis Gasset, qui refuse de parler de turn-over : « L’année dernière nous avions effectué un turn-over en coupe de France, à Troyes (1-1, défaite aux tirs aux but 4-3), car la priorité de fin de saison était ailleurs. Il y avait aussi les prolongations, que l’on aura pas ce mercredi. Il y aura une ossature solide, avec des nouveautés. Je prends l’exemple de Mathieu Debuchy, je considère que 3 matchs en 10 jours est un peu dangereux pour lui, qui revient à la compétition. On va se donner toutes les chances d’aller au stade de France, ce serait très beau… »

Et pour valider les mots du coach, c’est Stéphane Ruffier qui sera dans les cages pour cette compétition.

 

Compétition lucrative

Même s’il s’agit de la compétition la moins aimée de France, la Coupe de la Ligue reste le moyen le plus court d’aller au Stade de France et de décrocher un billet européen en cas de victoire. La finale aura lieu le 30 mars, à huit journées de la fin du championnat, et avec seulement 5 matchs à gagner. Et surtout des recettes très lucratives. Pour indication, même en cas de défaite ce soir, l’ASSE empocherait 385 000€, et le club vainqueur touche un chèque de 2,7 millions d’€. Et puis, et ce n’est pas négligeable, il s’agit quand même de la dernière compétition a avoir provoqué une liesse populaire incroyable dans les rues de Sainté. C’était il y a six ans déjà…

Journaliste