Trafic d’héroïne : trois albanais fournissaient une centaine de toxicomanes depuis Saint-Etienne

Photo DR / Illustration / Un véhicule de la police nationale

Belle affaire pour la brigade de stupéfiant de Saint-Etienne. Un trafic d’héroïne vient d’être démantelé après seulement 4 mois d’enquête. Trois albanais fournissaient 120 clients depuis Saint-Etienne.

Le témoignage des habitants

Les enquêteurs ont été informés de ce trafic au début de l’été grâce notamment aux témoignages des habitants. Les malfaiteurs âgés d’une trentaine d’années sévissaient à plusieurs endroits de la capitale ligérienne depuis le printemps dernier. Le témoignage d’habitants a permis, avec l’appui de la vidéo-surveillance, d’appréhender les trafiquants puisqu’ils agissaient sur la voie publique, à la vue de tous mais discrètement. La centaine de toxicomanes venait de l’ensemble du département : Saint-Etienne, Firminy, Rive-de-Gier, Givors…

Près de 4 kg d’héroïne saisis

Une quarantaine d’hommes dont le RAID de Lyon a procédé à l’interpellation des trois albanais le 17 octobre dernier aux trois domiciles stéphanois. Sur place ont été saisis 3 kg 8 d’héroïne, une quantité rare, mais aussi 10 000 euros en liquide, un pistolet et un kilo de produit servant à la coupe. Le caractère inédit de l’affaire est la vente unique de ce produit très mortifère, vendu 60 euros le gramme. A raison de 4 kg d’héroïne écoulés par mois, pendant 6 mois, les profits sont estimés à près d’1,5 million d’euros.

Aucun signe de richesse

Les trois albanais sans lien de parenté vivaient seuls dans le centre-ville. Ils sont décrits par la police comme chevronnés et habitués de ce genre de trafic. L’argent était a priori envoyé chez eux, en Albanie, puisqu’ils n’avaient aucun signe de richesse.

Interview complète :

 

Photo DR / Illustration / Un véhicule de la police nationale

Journaliste
Chroniqueuse