A45 : après le département, l’agglomération, c’est la région qui vote POUR

A45-new.psd_.jpg

Nouvelle étape cruciale dans le financement de l’autoroute A45… Le conseil Régional d’Auvergne Rhône-Alpes a voté ce jeudi après-midi le financement de l’infrastructure (payante) entre Saint-Etienne et Lyon à hauteur de 131 millions d’euros : 94 voix pour, 81 contre et 2 abstentions. La part des collectivités locales a bien été divisée par trois : le Département de la Loire (voté le lundi 27 juin), Saint-Etienne Métropole (voté le jeudi 30 juin) et la Région. L’Etat prenant en compte, on le rappelle, l’autre moitié : 395 millions d’euros.

Une heure de débats

Les débats dans l’hémicycle ce jeudi ont duré environ 1h. Ont pris la parole les défenseurs du projet (Laurent Mignola, vice-président des transports, ou encore Jean-Pierre Taite) et les opposants (Jean-Charles Kohlaas, ou encore Cécile Cukierman). Les élus du groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés se sont opposés au financement : « si nous sommes favorables à une liaison sûre et moderne entre Lyon et Saint-Etienne, nous estimons que la Région n’a pas vocation à financer cette autoroute, dont l’étude a été réalisée à la va-vite », estiment-ils. Quant au président, Laurent Wauquiez, il a basé son argumentaire sur les travaux « quasi-impossible » à réaliser sur l’A47 actuelle et ne manque pas d’égratigner la précédente majorité :

Et après ?

La convention financière du gouvernement était conditionnée à trois votes des collectivités locales. Les trois étant positifs, le ministère des transports pourra donc signer le contrat avec le concessionnaire Vinci au mois d’octobre prochain. Début des travaux en 2017 et ouverture en 2022. Rappelons que sur 1,2 milliard d’euros (coût total), 800 millions sont à la charge des collectivités. Cela représente presque 800 millions d’euros d’argent public. Le reste est à la charge de Vinci.

Journaliste

  • Peycelon G

    Fin du feuilleton. La Loire sort de l’ornière d’un simple cul de sac de l’a72. Le COSE refait surface pour faire de Lyon / Toulouse cette alternative indispensable à l’a7 de la vallée du Rhône. De son côté la N88 avance au contournement du Puy et le col du Perthuis ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir. À suivre…