Fermeture des écoles : les réactions dans la Loire

école

Les crèches, écoles, collèges et lycées vont fermer dès ce vendredi soir. 

L’annonce a été faite par Emmanuel Macron ce mercredi. Les établissements scolaires vont fermer dès ce vendredi soir pour une semaine de cours à distance avant deux semaines de vacances lissées sur toutes les zones.

La reprise se fera en présentiel le 26 avril pour les élèves en maternelles et primaires, le présentiel reprendra le 3 mai pour les collèges et les lycées.

Une mesure pas vraiment surprenante pour le secrétaire départemental du SNES-FSU dans la Loire, Romain Allard :

« On l’attendait cette annonce, on avait une vingtaine de classes fermées dans les collèges et lycées de la Loire mais on la redoutait parce que pour nous c’était la plus mauvaise des solutions. »

Parmi les inquiétudes du corps enseignant, le décrochage :

« La crainte c’est le décrochage, on l’a vu l’année dernière, au bout d’un moment, plus la période d’enseignement à distance est longue, plus il y a du décrochage. Si la période est courte, comme ce qui est annoncé, on peut se dire que l’année ne sera pas finie, si la période est rallongée, l’année sera finie pour eux. »

Sans oublier que la mesure doit être mise en place rapidement, les écoles ferment en effet vendredi soir :

« C’est rapide, il va falloir mettre en place la continuité pédagogique. Et puis se pose la question des équipements pour les élèves qui n’ont pas les mêmes équipements. Côté enseignants, on est prêts on a déjà expérimenter l’enseignement à distance l’année dernière avec les limites que cela connait. »

L’interview est à retrouver en intégralité ci-dessous :

Combiner télétravail et celui d’enseignant de son enfant 

La décision ne convainc pas non plus les parents d’élèves. Pour la Présidente de la PEEP 42, Zihar Zayet, il y a deux difficultés :

Nous allons nous adapter aux décisions gouvernementales mais se pose la question de la garde d’enfants de moins de 14 ans pour les parents qui ne télétravaillent pas et l’organisation des congés. On a déposé des congés on aimerait une souplesse des employeurs.

Le Président a lui évoqué la possibilité d’avoir recours au chômage partiel pour les parents qui doivent garder leurs enfants, un début de solution :

C’est un tout début de solution. De toute façon, ça reste une catastrophe les enfants qui ne vont pas à l’école. On n’a de plus en plus de cas d’élèves qui ont décroché.

L’interview de Zihar Zayet est à retrouver en intégralité ci-dessous :