« Les Boches, il fallait les tuer », témoigne un résistant ligérien

IMG_1127

« La France a rendez-vous aujourd’hui avec le meilleur d’elle-même. » Ce sont les mots de François Hollande hier… Le chef de l’Etat a prononcé un discours fleuve en l’honneur de l’entrée au Panthéon de quatre figures de la Résistance Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Jean Zay et Pierre Brossolette.  « Ils sont quatre à entrer aujourd’hui dans le monument de notre mémoire nationale. Ils sont quatre admirables sans avoir voulu être admirés. », a souligne le président..

« 70 ans après, les haines reviennent », a déclaré le chef de l’Etat, faisant allusion aux attentats de début janvier sur le sol français. François Hollande a rendu un hommage appuyé à Germaine Tillion, cette Altiligérienne qui fait donc son entrée au Panthéon. Extrait du discours du chef de l’Etat.

La Loire a honoré ses résistants

A l’occasion de cette journée nationale, le préfet, Fabien Sudry a fait chevalier de la légion d’honneur, un Ligérien de 89 ans, Pierre Poncet, né à Maringes, Résistant durant la Seconde Guerre Mondiale dans le Rhône. A 17 ans, il entrait dans l’Armée Secrète, bataillon Carmagnole. A 18 ans, sévèrement blessé en août 1944, criblé d’éclats de grenades, il voyait son lieutenant mourir sous ses yeux. Un souvenir indélébile qui submergeait encore d’émotion, cet après-midi, Pierre Poncet…

Témoignage recueilli par Cyril Michaud.
Pierre Poncet, après la Seconde Guerre Mondiale, travaillera ensuite  sur les lignes de chemin de fer avant de décrocher un emploi dans une compagnie d’assurance. Il reviendra dans la Loire, en 1977, où il finira sa carrière du côté de Génilac.

Photo Activ Radio / Pierre Poncet, résistant ligérien de 89 ans décoré par le Préfet Fabien Sudry

Rédacteur en chef
Infos matinée