L’invité de la rédac : Pierre Gardet, président du Coquelicot 42

PIERRE GARDET PHOTO

Histoire et sport se mêlent cette semaine avec l’invité de la rédaction : Pierre Gardet, président du Coquelicot 42 dont on célèbre le centenaire en 2019. L’occasion de s’intéresser à ce club mythique de Saint-Etienne et aux événements organisés en 2019.

A l’origine : trois poilus stéphanois

Trois soldats de 14-18 sortent de la grande guerre et veulent participer à une course mais à l’époque déjà, seule les associations sont homologuées. Ils créent ainsi le club, Coquelicot 42 en référence à un poème lu dans les tranchées. La première fleur qui repousse sur les champs de bataille est le coquelicot, devenu l’emblème des britanniques. Le bleuet étant l’emblème des combattants français. Les premiers titres et médailles datent d’avant la seconde guerre mondiale. Il faut attendre les années 80 pour voir apparaître l’âge d’or du Coquelicot qui devient champion de France. Jacques Fellice spécialiste du 400 mètres participe au JO de Moscou et de Los Angeles. Le Coquelicot compte une dizaine de titres internationaux adultes et jeunes.

Le gratin de l’athlé français en juillet

Kévin Meyer, Renaud Lavillenie, Christophe Lemaître, Floria Gueye… Les meilleurs athlètes français seront à Saint-Etienne du 26 au 28 juillet pour les Championnats de France Elite. Un passage obligé pour participer aux championnats du monde à Doha en octobre 2019. L’événement programmé sur trois jours aura lieu au stade Henri Lux qui vient de se doter d’une piste flambant neuve désormais aux normes internationales. Seuls douze stades comme celui de l’Etivallière existe sur le territoire français. Le Coquelicot 42 se charge d’organiser des animations en parallèle de la compétition pour le grand public.