Monoxyde de carbone : les conseils pour éviter l’intoxication

radiator-g66ae420ba_1920

Le monoxyde de carbone est invisible, inodore et non irritant. Avec l’hiver, les risques d’être asphyxié par ce gaz augmentent. Chaque année, une centaine d’interventions sont recensées dans la Loire, près de 4000 intoxications  sont dues au monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone, c’est quoi ?

Le monoxyde de carbone est un gaz dangereux. Lorsqu’on le respire, des maux de tête, des envies de vomir et une très forte fatigue apparaissent. Une intoxication peut causer un évanouissement voire un décès dans les cas les plus graves.

A quoi sont liées les intoxications ?

Tous les appareils à combustion présentent des risques d’intoxications. Ils deviennent dangereux lorsque la combustion est incomplète, c’est-à-dire qu’elle manque d’oxygène.

Les principaux appareils concernés par ce danger sont :

– Les chaudières.

– Les chauffe-eaux au gaz ou au fioul.

– Les cheminées et les inserts.

– Les groupes électrogènes.

– les chauffages d’appoint.

– Les poêles.

– Les cuisinières.

– Les gazinières.

Comment prévenir ces risques ?

Différentes précautions peuvent éviter les risques liés au monoxyde de carbone :

– Nettoyer régulièrement ses appareils à combustion et la cheminée au moins une fois par an.

– Aérer son logement au moins dix minutes par jour.

– Nettoyer les entrées et les sorties d’air (les grilles d’aération).

Les conseils de Benoît Rouchon, Capitaine chez les sapeurs-pompiers de la Loire et chef du bureau de l’engagement citoyen :

Que faire si vous êtes intoxiqués ?

Si les symptômes liés au monoxyde de carbone se manifestent, différents gestes peuvent permettre de s’en sortir :

Aérer la pièce.

– Arrêter les appareils de chauffage et de cuisson.

– Sortir du logement.

– Appeler les secours en composant soit le 18, le numéro des pompiers, soit le 112, celui du SAMU.

 

Journaliste/Reporter