Quelle solution pour les demandeurs d’asiles ?

Sans-abri-new.jpg

Depuis vendredi dernier, quatre familles de Kosovars, demandeurs d’asile, se sont installées sous le kiosque de la place Jean-Jaurès à Saint-Étienne. Dans l’attente d’une aide au logement de la préfecture, parents et enfants ont posé matelas et couvertures sous cet abri de fortune, à quelques mètres de la préfecture de la Loire. En attendant de trouver mieux…
Mobilisation à 18 h devant la préfecture
Depuis le 29 juin, en effet, le préfet de la Loire, Pierre Soubelet, est sensé trouver un lieu d’hébergement pour ces 25 demandeurs d’asiles originaires du Kosovo, dont la moitié sont des enfants, dans un délai de 48 heures. C’est écrit noir sur blanc dans l’ordonnance qui a été publiée par le tribunal administratif de Lyon, fin juin, sous réserve que ces personnes soient dans une situation régulière… Le problème, c’est que ce délai est largement dépassé et que le collectif « Pour que personne ne dorme à la rue », qui entoure ces familles de Kosovars, a du mal à entrer en contact avec le préfet et, en dernier recours, avec le 115 (numéro du samu social). Il dénonce « la passivité des services de l’État et pointe du doigt l’absence de dialogue avec la préfecture de la Loire. » Ce mercredi soir, à 18 h, le collectif a donc décidé de se faire entendre et d’exprimer son mécontentement lors d’un grand rassemblement qu’il organise devant la préfecture. Ce sera aussi l’occasion d’enrichir la pétition qui circule de nombreuses signatures… et de partager un pique-nique sous le kiosque de la place Jean-Jaurès.

Cyril Michaud