Violences conjugales : le recueil de plainte chez autrui bientôt expérimenté, annonce Darmanin

photo d'illustration / DR

Le ministre de l’Intérieur a dévoilé mardi 12 octobre le test d’un dispositif qui permettra aux forces de l’ordre de recueillir chez autrui la plainte de victimes de violences conjugales. Il est destiné aux personnes ne souhaitant pas, par « peur » se rendre dans un commissariat.  

Devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, Gérald Darmanin a déclaré : « Si vous êtes une femme violentée et que vous avez choisi d’être chez votre assistante sociale, votre amie, votre maman, à la mairie et que vous avez peur du commissariat, alors les forces de l’ordre pourront se déplacer ».

Un nombre de départements limités

Le dispositif sera lancé « à partir de la fin de l’année » dans le cadre d’ « une expérimentation qui permettra dans certains départements que les policiers et gendarmes se déplacent » pour recueillir des plaintes. La liste des départements concernés par l’expérimentation sera déterminée « dans les prochains jours ».

Selon les chiffres de l’Etat, environ 220 000 femmes déclarent chaque année subir des violences conjugales et 18% d’entre elles portent plainte. L’accueil des victimes peut « s’améliorer très certainement » a déclaré Gérald Darmanin, interrogé sur le sujet lors d’un déplacement à Montpellier. En 2020, 102 femmes et 23 hommes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, d’après l’étude nationale sur les morts violentes au sein du couple.

photo d'illustration / DR

Journaliste/Reporter