A Saint-Etienne, le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne voit dans le mouvement des gilets jaunes une "forme de totalitarisme"

5 décembre 2018 à 11h35 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Un membre du gouvernement était à Saint-Etienne ce mardi. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne est venu rassurer les professionnels de l’hôtellerie-restauration réunis en congrès jusqu’à jeudi au centre de Congrès.  La veille, Roland Heguy, le président de l’Umih, le principal syndicat du secteur de l’hôtellerie-restauration avait exprimé des inquiétudes, citant l’exemple de certains de ses adhérents de l’Ile de La Réunion dont les commerces « sont fermés depuis 15 jours » à cause des tensions sociales liées aux manifestations de Gilets jaunes. Il a évoqué «une fin d’année qui s’annonce difficile ».

Rétablir l'ordre, la priorité


« Les professionnels que vous représentez souffrent de manière directe de cet embrasement de violence, dont Paris et plusieurs autres villes ont été victimes. Les baisses de chiffre d’affaires des restaurants est des réservations hôtelières sont préoccupantes », a admis le représentant du gouvernement. Ajoutant : « condamner les violences ne suffit pas. Le rétablissement de l’ordre sera notre priorité ».

« (Lundi) avec Bruno Le Maire, nous avons rencontré de nombreuses organisations professionnelles, dont l’Umih, pour faire le point sur les conséquences de ces derniers jours. Et pour travailler à des mesures d’accompagnement économique. Les services fiscaux seront bienveillants. Toute la souplesse nécessaire dans la collecte des impôts et taxes sera garantie », a promis Jean-Baptiste Lemoyne.

Le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne en a profité pour faire le point après les annonces du Premier ministre destinées à apaiser la grogne des gilets jaunes. Pour lui, le gouvernement a fait un geste, la balle est maintenant dans le camp des gilets jaunes. Il s’inquiète de la radicalisation de certains.