Après le passage de l'ouragan, les associations ligériennes viennent en aide aux haïtiens

26 octobre 2016 à 13h30 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Près d'un mois après le passage de l'ouragan Matthew, Haïti vit dans l'urgence humanitaire. Les cas de choléra se multiplient et l'eau potable manque désormais cruellement. Dans la Loire, plusieurs associations Ass'Hum, Pompiers Humanitaires Français, le CEIPAL, Ressins Solidarité et Jean Garreau s'organisent pour une action commune : acheminer des kits de potabilisation d'eau. Leur but : récolter 25 000 euros.

Un accès à l'eau pour 800 familles


Eviter les risques d'épidémie de choléra qui sévit déjà depuis 2010 est la priorité pour les humanitaires. Le matériel nécessaire envoyé sur place va permettre d'aider 5 000 personnes de l'Ouest du pays pendant 1 mois. Il s'agit d'une pastille qui "potabilise" l'eau au bout de quelques minutes seulement. La démarche se fait en lien avec une entreprise spécialisée de Saint-Just-Saint-Rambert. Blaise Perreton, président de l'association Ass'Hum :

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/289893759" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Des conséquences supérieures au séisme de 2010


En parallèle, dans une autre zone du pays, les associations s'activent pour l'achat de semences (pois, haricots, maïs) et de bétails. Environ 70 à 80% des terres agricoles locales ont été dévastées ou noyées. Ass'Hum a déjà envoyé 30 000 euros pour subvenir aux besoins de 3 000 personnes.

A long terme, les humanitaires craignent des émeutes de la faim et un exode rural vers la capitale Port-au-Prince. Conséquences : la formation de bidonvilles et des risques d'insalubrité et d'insécurité. Le séisme de 2010 a tué 200 000 personnes, mais l'ouragan, lui, a touché l'intégralité du pays et fragile davantage l'avenir du peuple haïtien à long terme.