Blocage des abattoirs à Roanne : les éleveurs de bovins divisés

15 juin 2015 à 19h45 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Depuis dimanche après-midi, l’accès aux abattoirs Sicarev à Roanne est impossible… Entre 80 et 100 éleveurs de bovins, venus de toute la Loire, bloquent l'entrée du site. Ils ont installé une grande tente, une bétailleuse et un barbecue géant. Objectif : tenir au moins trois jours, jusqu'à mercredi, date d'une réunion de la filière au ministère de l'Agriculture à Paris. Un blocage dans le cadre d'une action nationale, pour protester contre la baisse du prix de la viande de bœuf et donc du prix de revient pour les producteurs. Les éleveurs mobilisés pointent du doigt la grande distribution qui, selon eux, tirent les prix vers le bas. Une situation qui a forcément des conséquences sur la rentabilité des exploitations, comme le souligne François Garribier, éleveur à Grézolles, non loin de Balbigny

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/210437095" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Des éleveurs "pris en otages" par d'autres éleveurs


Comme François Garribier, Philippe Place est éleveur à Régny dans le Roannais. Mais lui a choisi de ne pas prendre part au mouvement. Pourtant, il est d'accord avec ce que dénoncent ses collègues, mais il estime que ces derniers se trompent de cible. En bloquant les abattoirs Sicarev, ils empêchent d'autres éleveurs de travailler. Ils faut savoir que Sicarev est géré par des éleveurs. Des négociations ont eu lieu lundi matin pour faire lever le blocage, mais les manifestants ne veulent rien entendre. Au grand regret de Philippe Place

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/210437098" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Les abattoirs Sicarev à Roanne sont les seuls à être bloqués dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne. Un jour de grève représente une perte de chiffre d'affaires de l'ordre d'un million d'Euros. Chaque jour, ce sont près de 250 bêtes qui sont abattues en moyenne sur le site roannais.

Photo Activ Radio