Ce qu'il faut retenir de la prise de parole de Jean Castex

28 avril 2021 à 15h46 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO

Le Premier Ministre a tenu une conférence de presse à l'issue du Conseil des Ministres pour aborder deux sujets : le projet de loi de sortie de crise sanitaire mais aussi le projet de loi antiterroriste. 




  • Projet de loi de gestion de la crise sanitaire 


Le Premier Ministre a tout d'abord évoqué une situation sanitaire en amélioration. Nous sommes passés en France de 38 000 cas quotidiens à 26 200 sur les 7 derniers jours. Le niveau de circulation du virus est élevé mais la tendance est à la baisse a-t-il indiqué.


Désormais l'heure est au déconfinement, un déconfinement qui se fera par étape. Le Président en précisera les modalités vendredi prochain lors d'une allocution.


Le Premier ministre annonce la mise en place d'un régime transitoire du 2 juin (date de fin de l'état d'urgence sanitaire) au 31 octobre. Ce régime devrait notamment permettre d'avoir des renforcements des contrôles aux frontières avec la possibilité d'exiger pour l'entrée sur le territoire français "un test négatif, comme c'est déjà le cas aujourd'hui, mais également une preuve de vaccination" explique-t-il


Le Premier Ministre a enfin annoncé que la sortie de crise était conditionnée au bon déroulement de la campagne de vaccination. Ce mercredi soir, 60% des Français de plus de 60 ans auront reçu une dose de vaccin.




  • Projet de loi antiterroriste 


C'est l'autre grand projet de loi présenté par le Premier Ministre ce mercredi. Le projet de loi antiterroriste, un peu moins d'une semaine après l'attaque au couteau qui a eu lieu à Rambouillet dans les Yvelines.


Le Premier ministre a également indiqué que depuis 2017, 36 attentats avaient été déjoués en France notamment récemment du côté de Béziers. Il a rappelé que la "menace islamiste" demeurait élevée.  Le projet de loi renforce donc certains leviers.


Il permet notamment de suivre les personnes condamnées pour terrorisme, une fois qu'elles sont sorties de prison. Ca concerne les peines d'au moins 5 ans de prison.


Les perquisitions administratives vont également être facilitées. Elles permettent aux services de police de pénétrer dans le logement d'une personne soupçonnée de présenter une menace terroriste. Le projet de loi prévoit de faciliter le recours à cette mesure.


Parmi les autres annonces : un recours aux données informatiques facilité avec notamment l'aide des opérateurs de communication. la technique de l'algorithme pérennisé sera également possible. Lancé à titre expérimental il y a 6 ans, cela permet de traiter automatiquement les données de connexion pour détecter les menaces.