Contrats aidés : Gaël Perdriau tire la sonnette d'alarme

8 mars 2018 à 18h45 par Léa Dusson

ACTIV RADIO

Le Maire de Saint-Étienne tire la sonnette d’alarme au sujet des contrats aidés et des nombreux postes appelés à disparaitre cette année. Ils seraient pour le moment ente 150 et 200, que ce soit dans les collectivités ou le monde associatif stéphanois. Gaël Perdriau qui a tenu ce jeudi à renouveler sa demande au gouvernement de suspendre la décision prise, et d’engager une concertation. A Saint-Étienne, 23 demandes de renouvellement de contrats aidés ont été refusées depuis juillet 2017. 8 amicales laïques sont appelées à fermer sur les 20 présentes.



Incohérence selon le maire de Saint-Étienne


Cette suppression des dotations de l’État représenterait un surcout de 3 millions d’euros pour la ville. Le Maire de Saint-Étienne qui soulève ainsi une incohérence dans un courrier adressé à la ministre du Travail, Muriel Penicaud : « Dans ces conditions, comment respecter l’engagement de ne pas dépasser le seuil de 1,2% pour la hausse des dépenses de fonctionnement » écrit Gaël Perdriau à la ministre.


Des contrats remplacés par des PEC, des "parcours emplois compétences". Là aussi, désaccord pour le maire : "ils sont deux fois moins subventionnés par l’État" et ces PEC "imposent un plan de formation accompagnant le recrutement de ces contrat aidés, or une association n'a pas un champs de compétences permettant de construire ces plans de formations (...) Une très grande majorité des associations de pourront pas les utiliser" explique Gaël Perdriau.


En vue d'un décret préfectoral qui doit être signé par le préfet de région pour préciser les critères d'applications, le maire de Saint-Étienne demande au préfet de "tenir compte de la réalité sociale" de la ville, et de "fixer des critères les plus souples possibles, pour qu'un maximum d'associations puissent en bénéficier dans des conditions financières proches de ce qui existait précédemment." fin de citation.



Gaël Perdriau appelle les élus LREM à réagir


Le maire de Saint-Étienne "invite les associations mises à mal à se tourner vers le député LREM qui soutient cette initiative". Pour lui, les députés en marche, trop absents dernièrement, devraient prendre position :


Gaël Perdriau qui était notre invité ce vendredi matin sur Activ.