Dégradations en marge du défilé du 1er mai : la ville de Saint-Etienne porte plainte

2 mai 2018 à 12h44 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Rien à voir les saccages perpétrés en plein Paris, mais des dégradations ont été commises lors du défilé du 1er mai à Saint-Etienne. De la peinture blanche a été projetée sur la façade du poste de police municipale rue Gérentet. La ville de Saint-Etienne a porté plainte. « Est-ce que les syndicats sont capables de défiler sans saccager les biens publics ? » se demande le maire de la ville Gaël Perdriau sur Twitter . « La violence est une marque de faiblesse », dit-il. Le patron de la République en Marche dans la Loire Jean-Louis Gagnaire condamne également avec fermeté.

ACTIV RADIO




Condamnation aussi de Cécile Cukierman, la Sénatrice communiste de la Loire, mais attention à ne pas mettre syndicats et casseurs dans le même sac, dit-elle


"La violence n'aboutit à rien"


Les traditionnelles manifestations du 1er mai ont rassemblé entre 2.000 et 3.000 personnes dans la Loire, à Saint-Etienne et à Roanne. A Paris, des heurts et de violents incidents ont éclaté avec la présence de plus d’un milliers de militants d’ultra-gauche. La présidente du Front national Marine Le Pen accuse le gouvernement de complicité et demande la dissolution "des milices d'extrême-gauche". De son côté, le président des Républicains Laurent Wauquiez évoque dans un tweet la  "faillite de l'État régalien.  Il est urgent de rétablir l'autorité : soutien total à nos forces de l'ordre qui font face à ces voyous",  dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour Cécile Cukierman, ces "blacks bloc" n'ont rien à voir avec les revendications portées par l'extrême-gauche