"Dîners des sommets" : le but est de "fédérer avec des retombées réelles pour la région" selon Renaud Pfeffer

20 octobre 2022 à 14h23 par Clara Giannitelli

ACTIV RADIO

Ce jeudi a eu lieu le conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, sur la question des "dîners des sommets", Laurent Wauquiez n'a pas répondu lors du conseil régional aujourd’hui. C’est le vice-président à la sécurité, Renaud Pfeffer qui l’a fait.

Le vice-président de la sécurité de la région, Renaud Pfeffer, a expliqué que le but est de fédérer avec des retombées réelles pour la région Auvergne Rhône Alpes.

"Ce dîner, ce sont des dizaines d'acteurs majeurs de la région dans tous les domaines de l'économie, de l'environnement, du sport, de la culture et l'objectif, c'est de les fédérer avec des retombées réelles pour notre région. Je rappelle que le coût du repas, c'est 165 euros, dans un endroit exceptionnel qui est un fleuron de la viticulture de la région. Il faut aussi regarder l'impact positif pour notre région et ne pas faire dire n'importe quoi aux chiffres."

Laurent Wauquiez a expliqué que les impôts dans la région n'étaient pas augmentés.

"C'est la meilleure réponse que l'on puisse apporter. C'est ce qui concerne directement nos concitoyens"

Le sujet de ces dîners pourrait revenir sur la table demain pour la deuxième journée du conseil régional. 

 

Les "dîners des sommets"

 

Selon le média MédiapartLaurent Wauquiez, Président de la région Auvergne Rhône-Alpes, organiserait aux frais du contribuable des dîners avec de nombreux invités : chef·fes d’entreprise, patrons de presse, sportifs, grands noms de la cuisine... Laurent Wauquiez, lui, était le seul politique autour de la tablePlusieurs "dîners des sommets" ont eu lieu dans différents lieux. Ces repas seraient organisés chaque trimestre par le président de la région, avec comme objectif "créer des synergies" 

Le prix total, selon Médiapart atteint 100 000 euros dont 19 751 euros pour le traiteur, 45 435 euros pour la location de mobilier et de matériel son et lumière. Par personne, ce qui revient à "une addition finale de plus de 1100 euros par convive".