En 2016, l'A45 entre Saint-Etienne et Lyon verra le jour ou pas

25 janvier 2016 à 7h30 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
C'est un vieux serpent de mer et en 2016, on aura une décision définitive. Soit l'A45 entre Saint-Etienne et Lyon verra le jour, soit le projet sera enterré pour toujours. Les collectivités locales que sont Saint-Etienne Métropole et le Département de la Loire doivent se positionner d'ici le 30 avril.  420 Millions d'Euros sont à trouver. Une participation de la Région Auvergne-Rhône-Alpes permettrait de diviser la facture par trois.

Mais l'équation n'est pas si simple. Du côté de l'agglo stéphanoise, il y a aussi la troisième ligne de tram à financer. Il faut donc trouver le meilleur équilibre budgétaire. Pour l'heure, il n'est pas question de privilégier un dossier plus qu'un autre confie le Président de Saint-Etienne Métropole Gaël Perdriau

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/243036669" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Perdriau moins confiant que Bonne ?


Sur l'A45, le président de Saint-Etienne Métropole parait moins confiant que le président du conseil départemental Bernard Bonne. Pour ce dernier, cela s'explique par le fait que les finances de l'agglomération sont moins saines

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/243036762" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Pendant la campagne des régionales, Laurent Wauquiez s'est positionné en faveur d'une participation de la Région à la réalisation de l'A45. Mais dans la presse la semaine dernière, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes mettait une condition. Oui à une participation, mais il faut d'abord faire des économies, laissait-il entendre.