Geoffroy-Guichard : l'ASSE paiera 1,6 million d'euros par an pendant 12 ans

15 juin 2018 à 14h10 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Le dossier du stade Geoffroy Guichard vient d'être finalisé avec la signature d'une convention entre l'AS Saint-Etienne et Saint-Etienne Métropole. Le club disposera de l'enceinte 365 jours par an et pendant 12 ans.

Le système de vidéosurveillance totalement neuf

Le loyer est donc fixé à 1 638 000 euros par an, c'est 300 000 euros de plus qu'actuellement pour le club Stéphanois qui va donc disposer de son outil au quotidien, et non plus 48 heures pour un match : "Cette convention est un excellent compromis", estime Roland Romeyer président de l'ASSE. "Nous allons travailler désormais dans la sérénité sans devoir négocier tous les ans". Les priorités : la vidéosurveillance totalement repensé avec 240 caméras opérationnelles dès le 11 août prochain pour le lancement de la saison. Amélioration également pour la sonorisation dissociée de la sécurité et de l'ambiance stade. L'ASSE accompagné de Lagardère dispose aussi des salons et de la partie hospitalité, gérés auparavant par l'agence Capéa. Pourquoi une convention de 12 ans ? "Pour des raisons juridiques et pour éviter un basculement de régime", précise Gaël Perdriau, président de SEM.

ACTIV RADIO

Roland Romeyer pas content envers N.Le Graët


Selon lui, le président de la FFF a mis la pression sur la ligue de football à propos des fumigènes dans les stades. La LFP vient d'infliger une lourde sanction à l'ASSE qui ne fera pas appel : la fermeture des deux kops lors des deux premiers matchs à domicile en août. "Si la ligue ne se fait pas respecter, c'est la fédération qui pénalisera les clubs... Quoi ? Mais où va t-on ? Ce n'est pas possible de tenir de tels propos, les déclarations des uns et des autres ne vont rien résoudre". Roland Romeyer qui réclame la tenue d'une grande réunion avec les instances, la ligue, la fédération, l'Etat et même les supporters pour trouver des solutions se dit triste de commencer la saison ainsi : "le foot doit rester une fête".