Gérard Gallot, président de la FDSEA, : "on est dans une période charnière pour l'agriculture"

22 octobre 2019 à 13h49 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO

Le monde agricole est dans la rue ce mardi, la deuxième fois en 15 jours. Les agriculteurs promettent d'autres actions s'ils n'obtiennent pas gain de cause.



"Macron, répond-nous !"


Un seul mot d’ordre ce mardi : « Macron, répond nous » pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants ligériens : le péage de Veauchette, point de ralliement de cette journée sur le département a été débloqué avant 16h mais de grosses perturbations persistent sur les grands axes en cette fin d’après-midi comme sur l’A72, l’A89 et la RD201, où plusieurs cortèges de tracteurs sont à présent en train de rentrer.


Selon les agriculteurs, 250 tracteurs sont mobilisés ce mardi, avec plus de 400 manifestants. A noter que le préfet de la Loire Evence Richard s’est rendu au péage de Veauchette pour s’entretenir avec les manifestants à la mi-journée. Du coté de Lyon, c’est la préfecture de région qui a été visé : du fumier et des pneus ont été déversés devant le bâtiment.



Contre l'agribashing


Le président de la FDSEA Gérard Gallot a expliqué cette mobilisation nationale sur Activ : "la moitié de nos agriculteurs ont plus de 50 ans aujourd'hui... Dans les 10-15 ans à venir, il va falloir renouveler toute une génération. Si on ne donne pas de perspective, on va perdre le savoir-faire français. Il faut redonner du "revenu" aux professionnels." Gérard Gallot réagit également au dénigrement de l'agriculture, l'agribashing : "les attaques incessantes sont supportables. C'est un métier complexe et passionnant, nous travaillons énormément et certains individus qui ne connaissent pas cette profession nous dénigre".


Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a réagi, sur LCI. "Aujourd'hui, il y a un sujet qui est essentiel, c'est le revenu des agriculteurs", tant que les agriculteurs ne gagneront pas leur vie, ça ne pourra pas fonctionner." 


Interview complète :