Grève des taxis à Paris : les taxis de Saint-Etienne solidaires

12 février 2014 à 12h20 par Carine

ACTIV RADIO
Alors qu'à Paris la contestation des taxis prend de l'ampleur, la situation en province est tout autre. Le mouvement n'est pas relayé dans les villes moyennes telles que Roanne et Saint-Étienne. Cela ne signifie pas pour autant que les taxis ligériens ne se sentent pas concernés par la situation de leurs collègues parisiens en colère contre la concurrence des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur).

Dans la Loire, on dénombre une dizaine de VTC. On est bien loin du nombre de véhicules avec chauffeur en activité à Paris. Pas de risque de concurrence à court terme donc mais pour Antoine Trente, président de Radio Taxi à Saint-Étienne (80% du parc stéphanois), le ras-le-bol est tel que la contestation pourrait se généraliser à toute la profession. "Aujourd'hui, on paie 70 000 euros la licence de taxi, 25 000 euros le véhicule, 2 000 euros le compteur et les autres (ndlr : les VTC) ne paient rien [...] Tout le monde est excédé", explique le chef d'entreprise qui n'exclut pas de descendre à son tour dans la rue.  D'ailleurs, une action nationale est d'ores et déjà prévue le jeudi 13 mars. Et celle-ci sera bel et bien relayée dans la Loire.

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/134383747" params="color=ff5500" width="100%" height="166" iframe="true" /]