Guerre en Ukraine : Les référendums d'annexion des territoires occupés par les troupes russes ont lieu ce vendredi

23 septembre 2022 à 10h49 par Quentin Verchère

ACTIV RADIO

Les autorités séparatistes de quatre régions ukrainiennes (celles de Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijia) ont annoncé, mardi, la tenue de référendums d'annexion, dès ce vendredi.

Les référendums dans les territoires occupés par les forces russes en Ukraine ont lieu ce vendredi et jusqu'à mardi prochain. L'annonce avait été faite par Vladimir Poutine. Ca concerne 4 régions : Donetsk, Louhansk,Kherson et Zaporijia.  Cependant, ni Kiev, ni la communauté internationale, n'ont l'intention de les reconnaître. Ils sont d'ailleurs décrits comme illégaux, par l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) ou encore de "parodie" par Emmanuel Macron.

Parce qu'il y a encore des combats 

En effet, la guerre continue en Ukraine et les quatre régions concernées par les référendums ne sont pas épargnées. Dans l’Est, les régions séparatistes de Lougansk et Donetsk, qui forment le bassin du Donbass, seront soumises au scrutin.  Au sud, les zones sous occupation russe dans les régions de Kherson et de Zaporijjia sont concernées. Ce qui fait ainsi peser un sérieux doute, sur la bonne tenue des scrutins. Les votes auraient lieu là où il n'y a pas d'affrontements, et là où les membres de la commission électorale pourraient se déplacer, dans les zones contrôlées, par les forces russes ou les séparatistes prorusses.

Elles seront forcément annexées

Jusqu'à mardi prochain, les habitants de ces régions perdues par Kiev sont appelés aux urnes pour dire oui ou non leur envie d’être rattachés à la Russie. Si le « oui » l’emporte, la Russie pourra considérer ces territoires comme lui appartenant, ce qui change quelques peu la face du conflit. Si l’Ukraine tente de reprendre les régions par la force, ce dernier sera bel et bien considéré comme une guerre officielle par Moscou. Une guerre dans laquelle elle doit défendre son territoire.

Cela permettrait dans un premier temps à l’armée russe de mobiliser des forces dans ces territoires, pour renforcer les rangs. Ainsi, comme annoncé pour le territoire russe mercredi, Moscou pourra faire appel à des conscrits, comme cela s’est déjà passé pour la Crimée annexée.