Inna Modja en interview pour Love Revolution

28 octobre 2011 à 2h53 par Carine

<em>Love Revolution</em> est le nouvel album de cette petite douceur musicale nommée Inna Modja. Rencontre avec la star de <em>French Cancan (Monsieur Sainte Nitouche)</em>.

Salut Inna ! Comment vas-tu (Albin Schmitt pour Activ Radio) ?

Inna Modja :
Bonjour Albin ! Je vais très bien, merci.



Inna, avant d'évoquer Love Revolution, ton second opus après Everyday Is A New World, peux-tu revenir au temps de ton enfance en dressant un portrait de toi lorsque ta mère te surnommait déjà « Modja » ?

J'ai grandi dans une famille de sept enfants, je suis la sixième. Grâce au travail de mon père, nous avons beaucoup voyagé. J'étais une enfant qui débordait un peu trop d'énergie et de curiosité d'où mon surnom affectueux Modja, qui signifie « petite peste » en peul.



A 15 ans déjà, tu rêvais d'une carrière de chanteuse. Cette ambition profonde t'a poussé à aller à la rencontre du chanteur malien le plus respecté, Salif Keïta. Dans quel but ?

Je suis allée voir Salif Keïta quand j'avais 15 ans parce que je voulais en savoir plus sur la musique étant donné que dans ma famille on en écoutait beaucoup mais il n'y avait pas d'artiste. Il m'a prise sous son aile et m'a un peu guidée. Il m'a envoyée auprès du Rail Band de Bamako et j'ai été leur chanteuse pendant un an.



Avant de te lancer officiellement dans la chanson en signant chez Warner Music France en 2007, tu as fait des études de lettres, une école de commerce et même du mannequinat en parallèle, pendant huit ans. Pourquoi as-tu opté pour une carrière de chanteuse plutôt que de continuer tes activités comme modèle ?

Je suis chanteuse avant d'être mannequin. C'était important pour moi d'avoir un diplôme et une qualification mais la musique a toujours été une passion et une priorité. J'ai été mannequin parce que j'en ai eu l'opportunité mais c'était un boulot comme un autre qui me permettait d'être indépendante financièrement.



Visionnez le clip d'Inna Modja, Life (reprise de Des'ree) :





Deux ans après ton disque Everyday Is A New World, tu sors un nouvel album irrésistible. Love Revolution est le fruit d'un travail audacieux, mené à bien avec un certain Alexandre Azaria. Peux-tu nous raconter la genèse de cette collaboration aussi inattendue que fructueuse ?

Alexandre Azaria et moi nous nous sommes rencontrés lorsque qu'on a fait la reprise de Des'ree, Life. La collaboration s'est si bien passée que j'ai eu envie de faire des chansons originales avec lui. On a artistiquement beaucoup de points communs et d'affinités, la création a été très fluide. C'était un vrai bonheur de bosser sur cet album, on a pris énormément de plaisir, de liberté et d'audace.



Découvrez le clip officiel d'Inna Modja, La fille du Lido :





En plus de ton nouveau single exaltant, La fille du Lido, ton dernier CD inclut ton hit de l'été, le pétillant French Cancan (Monsieur Sainte Nitouche) qui marie subtilement l'anglais avec le français. Comment as-tu accueilli le succès considérable du premier extrait de Love Revolution ?

Je suis vraiment ravie du succès de French Cancan, c'est un retour fantastique du public. Je reste néanmoins très concentrée sur le travail parce que je suis une bosseuse et je garde les pieds sur terre.



Regardez le clip officiel d'Inna Modja, French Cancan (Monsieur Sainte Nitouche) :





Dans ton deuxième opus, tu reviens sur un fait d'actualité qui a profondément marqué le monde entier il y a deux ans de cela. Emily remémore ce séisme meurtrier du 12 janvier 2010 en Haïti, à Port-Au-Prince. Comment as-tu été amenée à écrire cette chanson émouvante ?

J'ai rencontré Emily dans un train quand j'allais à Genève pour un festival. Nous avons sympathisé grâce à sa petite fille qui était si mignonne et débordante de vie. Elle m'a raconté son histoire qui m'a tellement touchée que j'ai eu envie d'écrire une chanson pour les deux.



« Love Revolution est l'œuvre d'une artiste curieuse, sensible, créative », d'après ta maison de disques. Qu'est-ce qui fondamentalement différencie Love Revolution d'Everyday Is A New World ?

Love Revolution est un album pop avec des influences soul, tandis qu'Everyday Is A New World est pop avec des influences folk. Les deux me ressemblent mais sur le second album je prends encore plus de liberté et d'audace.



Dernière question Inna... Il est question d'une pratique inhumaine dont tu as été victime lors de ton enfance, qui malheureusement perdure encore dans de nombreuses parties du monde, en Afrique subsaharienne comme dans quelques régions du Proche-Orient et de l'Asie du Sud-Est. Comme tes sœurs, tu as été excisée à l'insu de tes parents, à l'âge de 4 ans. Ce moment douloureux de ta vie de fillette a-t-il joué un rôle clé dans le fait que tu aies choisi de contribuer à améliorer la condition des femmes africaines, en tant que marraine de l'organisation humanitaire Tostan ?

Je suis marraine de Tostan parce que je me sens personnellement concernée par la condition des femmes en Afrique.



Merci infiniment Inna.

Je vous remercie également, toi et Activ Radio.



Voyez Inna Modja dans le SAV des émissions d'Omar et Fred :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo