La masterclass de Chantal Thomass au musée d'art et d'industrie de Saint-Etienne

27 décembre 2021 à 8h30 par Nicolas Georgeault

ACTIV RADIO

Jusqu’au 2 janvier, au musée de l’art et de l’industrie, a lieu l’exposition les rubans de l’intime. Elle retrace l’évolution des usages de la perception du ruban dans les sous-vêtements du XIXe siècle à nos jours. Parmi les exposants, la marraine de l’exposition, la directrice artistique et créatrice de mode Chantal Thomass.



Les Rubans de l'intime 


L’exposition Les Rubans de l’intime s’est ouverte le 4 mai dernier au public. Des pièces comme les guêpières de Chantal Thomass, la robe corsetée de Jean-Paul Gaultier ou encore les soutiens-gorge de Cadolle doivent permettre aux visiteurs de comprendre l’évolution du ruban dans les sous-vêtements. Ces différentes pièces de lingerie ont été prêtées par des célèbres maisons de mode.


Initialement prévu jusque mi-novembre, l’exposition a été prolongée jusqu’au 2 janvier en raison du succès rencontré explique un communiqué du musée. Plus de 10 000 visiteurs ont été enregistrés.



La Masterclass de Chantal Thomass


A l’occasion de cette exposition qu’elle parraine, Chantal Thomass s’est déplacée à Saint-Etienne, début décembre. Au cours d’une conférence, ouverte au grand public, elle est revenue longuement sur sa carrière avant de se prêter au jeu des questions-réponses avec le public.


Chantal Thomass explique pourquoi elle a souhaité venir :




La créatrice de mode s’est remémoré ses débuts, lorsqu’elle avait créé sa première robe « parce qu’il n’y avait pas de mode jeune. J’allais acheter du tissu au marché Saint-François Pierre et ma mère les cousaient. »


Chantal Thomass raconte ses premiers pas dans le milieu de la mode :




Chantal Thomass et le milieu de la mode 


La créatrice a ensuite parlé de son tournant vers la création de lingerie. Face à l'absence de lingerie féminine, elle décide de créer ses propres sous-vêtements avec ses « propres envies » glisse-t-elle.




« J’avais fait de la lingerie pour que les femmes se sentent belles [..] J’utilisais les mêmes tissus que pour le prêt-à-porter, ce qui amusaient les femmes de mon âge (une vingtaine d’années à l’époque ndlr) qui ne portaient plus de soutiens-gorge parce que c’était trop classique ! » raconte la créatrice de mode.



Au début publié dans des magazines comme Playboy « et autres magazines sexys », les journaux publient des articles traitant de ses créations « à partir de 1975 » explique-t-elle. C’est ainsi que dans les années 1970, avec « l’envie de tout renouveler » Chantal Thomass se lance dans le milieu de la mode.


Pour le futur elle confie avoir « beaucoup de projets caritatifs » principalement « pour les femmes ».