La ville de Roanne s'attaque aux cas d'ivresse manifeste sur la voie publique

14 décembre 2017 à 6h10 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
A compter du 1er janvier 2018, à Roanne, les personnes interpellées en état d'ivresse manifeste sur la voie publique devront payer 120 Euros. En plus de l'amende de 150 Euros prévue par le code de la santé publique. 120 Euros pour couvrir les frais de transport au centre hospitalier d'abord, puis en cellule de dégrisement. C'est la procédure.

"La plupart du temps, ce sont des gens qui s'en sont mis
derrière la cravate plus que de façon raisonnable (...)
ça commence à bien faire !"
(Y. Nicolin)


Depuis le début de l'année, 22 cas d'IPM, c'est-à-dire d'ivresse publique et manifeste, ont été recensés à Roanne. A chaque fois, cela mobilise deux agents et une voiture... Pour le maire de Roanne, Yves Nicolin, le point de non-retour a été atteint. Mardi soir, lors du conseil municipal, il a tenu à appeler un chat, un chat



Pour Yves Nicolin, les individus interpellés en état d'ivresse manifeste sont majoritairement des personnes qui ont trop fait la fête et qui coûtent, donc, à la société. L'opposition de gauche a voté contre cette délibération, pointant du doigt le montant du forfait et dénonçant une attaque en règle envers les plus fragiles.