L'ancien joueur de l'ASSE François Clerc prend les commandes de l'ASF Andrézieux

1er avril 2019 à 18h58 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Jeune joueur professionnel à la retraite, François Clerc a laissé ses crampons au vestiaire pour enfiler le costume de président de club. Président de l'ASF Andrézieux-Bouthéon. C'est officiel depuis samedi, avec la signature d'une convention de professionnalisation.

Président de club à 35 ans


En clair, le club forézien - qui évolue en National 2 - a fait le choix de se structurer pour gravir des échelons sur un plan économique et sportif. Une SASP (Société anonyme sportive professionnelle) voit donc le jour. Et c'est François Clerc qui est placé à sa tête. A 35 ans, l'ex-défenseur de l'AS Saint-Etienne a donc un plan de carrière plutôt atypique quand d'autres choisissent de devenir entraîneur...


Objectif, Ligue 2


Mais François Clerc se montre prudent sur les objectifs sportifs. Le maire d'Andrézieux-Bouthéon, Jean-Claude Schalk, lui, vise clairement la Ligue 2, à terme. Le nouveau patron de l'ASF veut d'abord trouver le bon équilibre financier... Pour François Clerc, pas question de se comparer à l'ASSE. Il y a de la place pour deux clubs de foot professionnels dans la Loire


Et Saint-Etienne Métropole dans tout ça ?


Un projet de développement auquel ne prend pas part Saint-Etienne Métropole... Curieux, puisque la commune d'Andrézieux-Bouthéon fait bien partie de l'agglomération. En fait, en début mandature, le choix a été fait de ne subventionner qu'un seul club par discipline. Pour le foot, c'est l'AS Saint-Etienne qui est soutenue, via l'achat d'espaces publicitaires. Une situation que dénonce le maire d'Andrézieux. Mais ça n'empêche pas Jean-Claude Schalk de vouloir aller de l'avant.



Pour l'instant, la nouvelle équipe dirigeante de l'ASF Andrézieux (l'ex-président Christophe Peirera fait toujours partie du projet), n'a pas détaillé le montant des sommes investies par les différents actionnaires. Le club a d'abord une saison à finir. "On avisera après", dit François Clerc.