Le Comité Consultatif National d'Ethique a rendu un avis sur l'aide active à mourir

13 septembre 2022 à 17h47 par Clara Giannitelli

medecin
medecin
Crédit: Pixabay

Ce mardi, le Comité Consultatif National d'Ethique a publié un avis favorable à une évolution sur l'aide active à mourir.

Le CCNE ouvre la voie à une assistance au suicide. Une possibilité ouverte aux adultes atteints de maladies graves et incurables qui souffrent et dont le pronostic vital est engagé à moyen terme.

Le Comité Consultatif National Ethique évoque également avec prudence un accès légal à l'euthanasie, pour les personnes qui ne sont physiquement plus aptes à commettre un acte de suicide assisté. Un pronostic vital engagé à un horizon de moyen terme est une condition nécessaire.

"Il existe une voie pour une application éthique d'une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparaît inacceptable de transiger." CCNE

La responsabilité est laissée aux parlementaires pour choisir de légiférer sur le sujet. Les professionnels de santé devraient pouvoir bénéficier d'une clause de conscience pour se retirer du processus. 

Avant une quelconque initiative législative, le CCNE juge nécessaire l'organisation d'un débat national sur la fin de vie. Il propose d'animer des débats publics en régions, tout en associant les acteurs du secteur à une conférence organisée par le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. Le CCNE explique son opposition à un éventuel référendum sur la fin de vie "en raison de l'extrême complexité du sujet".